Quand les ressources humaines deviennent inhumaines

Directeur des ressources humaines, Didier Bille raconte l’envers de son métier, les méthodes de management brutales, le cynisme voire l’incompétence de certains RH. Un témoignage choc sur un métier en crise.

Didier Bille a été DRH pour de grands groupes industriels durant plus de vingt ans.
Il tire de son expérience un livre édifiant* sur la machine à broyer l’humain que serait devenu le monde de l’entreprise. Et prévient : “De tous les événements relatés ici, il n’y a pas un fait, pas une phrase qui ait en quoi que ce soit été inventé ou déformé.” Dans cet entretien, il nous livre sa vision sur les RH. *DRH, la machine à broyer, Didier Bille, Cherche Midi, 272 p., 18 euros.

Management : Vous évoquez un métier vidé de son sens. Cette dévalorisation

de la fonction RH est-elle surtout perceptible dans les grandes entreprises ?

Didier Bille : Au-delà de 250 salariés, les entreprises commencent à ressentir le besoin de se structurer. Elles inventent alors ce que l’on appelle des bullshit jobs ou “jobs à la con”, des fonctions qui n’ont aucune utilité. Pour justifier leur existence, les titulaires de ces postes surveillent, contrôlent, créent des problèmes qu’ils prétendent ensuite résoudre, créant une véritable dictature administrative. Les ressources humaines ne cherchent plus à devenir un trait d’union entre les salariés et la direction, mais à appliquer aveuglément des consignes brutales, irréfléchies et parfois illégales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *